Qu’il s’agisse de créer une activité de complément à un CDI ou de se lancer à plein temps en tant qu’indépendant, le statut d’auto-entrepreneur permet depuis 2009 de lancer ou tester une activité professionnelle grâce à des charges réduites et des formalités administratives quasiment inexistantes.
Aujourd’hui, une création d’entreprise sur deux se fait grâce à ce statut. Un statut remis en question récemment par le projet de réforme de Sylvia Pinel, Ministre du commerce et de l’artisanat, qui pourrait en limiter la durée ou réduire le plafond de chiffre d’affaire autorisé.

Inspirés par le mouvement des « pigeons » de septembre 2012 (ce groupement d’entrepreneurs mécontents du projet de loi de finance 2013), certains auto-entrepreneurs se sont à leur tour baptisés « poussins » pour protester contre la réforme de leur statut. Un nom qui en dit long sur la considération qu’ils portent à leur activité.

Poussin

Certes, le statut d’auto-entrepreneur, parce qu’il permet de ne pas payer de charge quand on ne gagne rien et n’impose pas d’investissement financier minimum pour se lancer, permet de tester une activité sans prendre de risque. Mais, même s’il s’agit d’une première création d’entreprise ou d’une activité de complément, faut-il se voir comme une jeune pousse ? N’est-ce pas au contraire la vision à long terme, la capacité à imaginer the big picture, qui permet aux entrepreneurs de s’investir à la hauteur de leurs rêves et d’espérer aller au bout de leur projet ?

Voir petit, ou pire, étriqué, considérer son activité avec trop de modestie, ne nous emmènera jamais bien loin. Tandis que voir grand, sans pour autant se voir calife à la place du calife, nous oblige, même inconsciemment, à mettre en œuvre les actions nécessaires à notre progression et à l’atteinte de nos objectifs (notre chiffre d’affaire de l’année par exemple !).

L’auto-entreprise n’est pas un statut à part, réservé aux bébés entrepreneurs. C’est une branche de l’entreprise individuelle, tout comme le sont les régimes micro ou au réel. Pourquoi se prendre pour des poussins alors ? Vous semez aujourd’hui les graines des grands projets, des grandes entreprises de demain.

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tous droits réservés Bonobo Coaching - Marie Guyot - 2012-2019

Contactez-nous

Vous avez une question ? Vous souhaitez prendre rendez-vous pour une séance de coaching ? Envoyez-nous un message :

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?