Portrait assise Marie GuyotUne partie des retours que vous m’avez faits récemment mettait le doigt sur le fait que je ne me mets pas assez en avant. Si vous me suivez depuis quelques temps déjà, vous savez en effet que ce n’est pas tellement mon truc de raconter ma vie ou de poster des selfies. Mais il y a probablement un juste milieu à trouver pour moi entre ne rien vous dire de mon quotidien et me comporter comme quelqu’un de différent.

C’est donc l’idée de l’article d’aujourd’hui : créer une fenêtre sur mes journées, sur ma vie en tant que coach et entrepreneure, afin que vous puissiez mieux me connaître et vous faire une idée plus précise de la façon dont je pratique mon métier.
C’est parti !

Pour commencer

Mon réveil sonne en général à cinq heures trente le matin. Oui, je suis matinale… Pas parce que je l’ai lu dans Les 10 choses que font les gens qui réussissent (haha), mais parce que mon cerveau est beaucoup plus alerte le matin et que j’ai besoin de pas mal de temps pour moi avant de me mettre au travail.

Une fois debout, je commence donc par me servir un verre de jus de fruits (en ce moment, je me presse des oranges, mais je ne suis pas sûre que cet effort durera longtemps) et je m’installe à table pour écrire mes pages du matin. Trois pages dans un cahier A5, écrites à la main, qui me permettent de mettre mes idées à plat, de comprendre un rêve, de me débarrasser d’une mauvaise humeur potentielle ou, plus simplement parfois, de mettre mon cerveau en route. Une habitude que j’ai prise il y a plus de cinq ans maintenant et dont je ne me vois pas me défaire aujourd’hui.
Ensuite, j’essaie de faire cinq minutes de yoga pour réveiller mon corps (seulement trois salutations au soleil, pour ceux qui connaissent), mais j’avoue que je ne suis pas toujours assidue, bien que convaincue de ses bienfaits pour mes muscles.

Ensuite, je me douche et je m’habille, et je sors marcher trente-cinq à quarante minutes dans mon quartier. J’aime bien ce moment de la journée où il n’y a pas encore trop de monde dans les rues et, en fonction des saisons, où l’on voit le jour se lever tranquillement. J’en profite pour écouter des podcasts, les interviews d’Holly Worton par exemple, ou les conseils d’Aaron Dowd sur la meilleure façon de faire un podcast (un peu de teasing ici… !).
Je ne multiplie pas les rendez-vous à l’extérieur en général, donc cette petite sortie me permet de ne pas rester enfermée et assise sur une chaise toute la journée.

Une fois rentrée, c’est évidemment le moment de prendre mon petit-déjeuner ! Le repas le plus important à mes yeux (j’adore les tartines !), hors de question de le faire sauter, mais je n’ai tout simplement pas faim plus tôt. C’est en général aussi le moment où j’écoute la radio. Je mets France Info pour savoir ce qui se passe et, quand je commence à avoir la sensation d’entendre la même chose en boucle, j’éteins. Je bouquine aussi un peu en général, pour préparer mon futur voyage (encore du teasing !) ou lire quelques articles de Femmes ici et ailleurs ou de Psychologie positive.

Deux à trois fois par semaine, je vais courir au lieu d’aller marcher. C’est mon créneau préféré pour faire du sport (trop faim en fin de matinée, ventre retourné en fin d’après-midi), mais surtout, j’adore profiter du parc alors qu’il n’y a encore que très peu de monde : quelques coureurs, des amateurs de tai-chi ou de qi gong… C’est aussi le meilleur moment pour apercevoir le héron cendré qui vit aux Buttes Chaumont. Dans ces cas-là, j’écoute de la musique eu lieu des podcasts.

Le matin

Pour me mettre ensuite officiellement au travail, je me maquille. Mon bureau-cabinet de coach est en effet dans mon salon, donc c’est une bonne façon pour moi d’avoir la sensation que ma journée de boulot commence. Il est en général alors huit heures ou huit heures et demie (je vous avais dit que j’avais besoin de temps le matin !).

Je me prépare une bonne théière et j’allume mon ordinateur pour consulter mes emails. Je ne réponds pas forcément aux emails tout de suite : je commence par supprimer tous ceux qui peuvent l’être et par ranger ceux qui n’ont pas besoin que j’y réponde.
Ensuite, en fonction de ce que j’ai trouvé dans ma boite de réception, je réponds aux messages urgents, ou je décide d’y revenir plus tard.

Je reçois énormément d’emails et j’ai compris à force, que les traiter sans m’organiser était une source de stress intense pour moi. Aujourd’hui, je les relève manuellement exclusivement sur mon ordinateur, et seulement au moment où je suis prête à y répondre.
Mais ça ne veut pas dire malheureusement que j’ai le temps de répondre à tout le monde dès que je découvre un email (il y a par exemple actuellement dans ma boite quarante-quatre emails en attente de traitement…). Je donne donc la priorité à mes clients, puisqu’il m’arrive souvent d’échanger avec eux par emails entre deux séances.

En fonction des jours, ma matinée est ensuite rythmée par mes séances de coaching avec mes clients, certaines se faisant par Skype, d’autres dans mon salon, ou par la gestion de contenus pour le site Web de Bonobo Coaching : par exemple j’écris un article, comme ce matin, j’organise sa publication sur les réseaux sociaux, je réfléchis à de futurs sujets, ou je prépare une newsletter.

Après chaque séance, je prends quelques notes pour me souvenir des exercices ou défis avec lesquels mon client est reparti. Cela me permet de garder le fil d’une séance à l’autre, notamment pour les clients qui ne ressentent pas le besoin de me donner de leurs nouvelles entre leurs séances, et de vérifier que mes clients avancent bien en direction de leur objectif, séance après séance.

Déjeuner

En général, je n’ai pas faim très tôt, alors je prends le temps de me préparer un vrai déjeuner. Mes menus sont prévus à l’avance pour la semaine, ce qui me permet de ne pas avoir à faire les courses un jour sur deux, et de ne pas me creuser la tête quand l’heure du déjeuner approche : je sors ce dont j’ai besoin et je n’ai plus qu’à cuisiner.
Souvent, je cuisine pour deux afin que mon ami puisse emporter son déjeuner le lendemain. Infirmier en réanimation, il travaille la plupart du temps douze heures de suite ce qui, si on ajoute le temps de transport, ne lui laisse pas le temps de préparer ses repas le soir en rentrant (ou les miens, haha ! Mais, je vous rassure, il se rattrape sur ses jours de congés).

J’aime beaucoup cette coupure dans ma journée et, sauf période de grosse production (comme lors de la refonte récente de ce site Web) ou lorsque je n’ai pas pu faire autrement que de saucissonner mon déjeuner entre deux clients, je prends facilement quarante-cinq minutes ou une heure pour manger. En général, je bouquine ou j’écoute la radio, parfois je passe du temps au téléphone avec une copine (une qui supporte que je parle en mangeant !).

De temps en temps, je sors déjeuner avec mes pairs coachs (juste pour retrouver des anciens de ma promo et rigoler, ou pour partager nos expériences respectives), ou avec un ou une ami-e. Plus rarement parfois, parce que cela prend bien sûr plus de temps, j’emporte mon déjeuner au cinéma du coin.

L’après-midi

Comme le matin, le rythme de mon après-midi dépend des séances que j’ai avec mes clients. Si mon premier rendez-vous n’est pas immédiatement après le déjeuner, que j’ai un peu trop tiré sur la corde les soirées précédentes ou que j’ai un dîner prévu le soir même, je m’accorde vingt minutes de sieste avant de me remettre au boulot. Je suis une grosse dormeuse, alors ça fait partie à mes yeux des privilèges que m’offre ma vie d’indépendante !

Entre mes séances, l’après-midi je me concentre la plupart du temps sur la veille : je lis quelques articles intéressants sur Internet, j’en retweete certains. Je refais aussi un petit tour dans ma boite mail pour relever de nouveau mon courrier et rédiger quelques réponses. C’est aussi le moment idéal pour moi pour réfléchir au développement de nouveaux cahiers d’exercices, de nouveaux programmes en lignes, ou pour améliorer ceux qui existent déjà.

Souvent au milieu de l’après-midi, un de mes deux chats décide que c’est l’heure de jouer. Un bon prétexte pour faire une pause !

C’est aussi l’après-midi que je me fais moi-même coacher, comme demain par exemple (ou superviser en fonction des périodes). Bien sûr, je suis coach professionnelle, alors je vois parfois plus vite dans quel mécanisme je mets les doigts quand ça ne va pas, ou à quelle résistance je suis confrontée quand je n’avance pas. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’une aide extérieure ne peut pas m’être utile ! Tout comme pour mes clients, cela me permet souvent d’aller plus vite et de réellement mettre en œuvre ce que j’ai décidé de faire. En bonus évidemment : me faire coacher est aussi une formidable occasion de découvrir la pratique et le style d’autres coachs.
Pour ce qui est de la supervision, c’est très utile quand un client arrive avec une histoire ou une problématique qui fait écho à la mienne : cela me permet de continuer à le coacher lui, plutôt que de me coacher à travers lui sans m’en rendre compte.

Le soir

Pour terminer ma journée de travail, je fais en général un dernier petit tour dans ma boite mail et sur les réseaux sociaux de Bonono Coaching, afin de répondre aux derniers messages qui auraient pu arriver.
Je fais aussi le point avec mon bullet journal des choses que j’ai effectuées dans ma journée, et des choses que je prévois de faire le lendemain.

Depuis peu, je « quitte mon bureau » en faisant dix à quinze minutes de méditation, guidée ou non. C’est un test pour l’instant, mais c’est un bon moyen pour moi de mettre mon travail de côté, que ce soit les problématiques liées au fait de continuer à accompagner de nouveaux clients, ou au poids de certains sujets que mes clients ont apportés en séance dans la journée. C’est aussi un bon moyen de me détendre et de faire passer mon corps et mon esprit à autre chose.

Il est alors la plupart du temps entre dix-sept heures et dix-huit heures trente.

Il est très rare que j’ai une séance après dix-huit heures trente avec un client, parce que cela me demande énormément d’effort pour être pleinement présente pour lui pendant une heure à cette heure là. Mais ça arrive.

En fonction des jours, je poursuis ma journée en allant à l’escalade avec mon ami si son emploi du temps le permet (parfois, nous prenons plutôt une matinée pour cela, ce qui est bien plus agréable car il y a moins de monde dans la salle). Il m’arrive aussi de poursuivre en allant me balader, en prenant un verre avec un ou une ami-e, en bouquinant ou en regardant une série ou un film.
Parfois, je sors prendre un verre avec d’autres indépendants, mais c’est plus rare : c’est en général tard et je ne suis pas une adepte des « apéros » à dix-neufs heures trente parce que… je commence à avoir faim ! Je préfère de loin les déjeuners, ou les petits-déjeuners comme les CreativeMornings.

Vient alors l’heure du dîner (selon la faim entre dix-neuf heures trente et vingt heures trente), plus léger et donc cuisiné plus rapidement cette fois. Parfois nous sommes invités à dîner chez des amis, nous recevons chez nous, ou nous emportons le dîner au cinéma (oui, j’aime bien faire ça !).
Le plus souvent quand même, quand mon ami ne rentre pas trop tard du boulot, nous essayons de nous préserver trois soirs par semaine ensemble, pour discuter, regarder un film ou une série, ou aller à l’escalade. Le reste du temps, nous ne faisons pas forcément la même chose, même si nous sommes là tous les deux. Je bouquine, j’écris sur la terrasse quand il fait beau, ou je fais des tentatives de couture comme en ce moment (on verra si c’est concluant !).

Je commence en général à me préparer pour la nuit vers vingt-et-une heures trente. J’essaie de prendre le temps de m’étirer quand j’ai fait du sport (mais j’avoue que j’oublie régulièrement…) et je joue de nouveau avec les chats qui, eux, ont décidé que c’était un bon moment pour se réveiller.
Et voilà ! J’éteins à vingt-deux heures trente.

Pour finir

Je n’avais pas imaginé que cet article serait aussi long… Comme quoi finalement, raconter ma vie était plus facile que ce que je pensais ! Merci donc d’être allé jusqu’au bout.

Vous avez maintenant une idée plus précise de ce à quoi ressemble mon quotidien de coach professionnelle et, surtout, de la façon dont j’ai choisi de l’aménager. Parce que nous sommes tous différents, que nous avons des personnalités et des besoins différents, nous pouvons tous choisir une façon d’exercer notre métier qui nous est propre. Vous pouvez vous créer une voie qui vous correspond et elle n’a pas à ressembler à celle de quelqu’un d’autre.

Évidemment, si vous souhaitez que je vous aide à trouver cette voie, n’hésitez pas à me faire signe en prenant rendez-vous 😉

À bientôt !

Marie.

Crédit photo : Lucie Page.

4 Commentaires
  1. Catherine 1 année Il y a

    Merci pour ce partage qui me fait souvenir de ton coaching téléphonique si agréable et qui m’a fait progresser…

    • Auteur
      Marie Guyot 1 année Il y a

      Merci à toi Catherine !
      Quant au coaching, on remet ça quand tu veux 😉

  2. Karine 1 année Il y a

    Voici comment organiser ses journées de bout en bout pour bien équilibrer vie pro et vie perso. C’est l’avantage quand on n’est pas contraint d’aller passer ses huit heures au bureau et surtout quand on est indépendant.

    Pour moi, il n’y a pas de journée type sur laquelle chacun pourrait modéliser. Pour se la créer, rien de mieux que de connaître ses rythmes et envies, ses priorités et ses limites.

    Merci Marie pour nous avoir ouvert la porte de chez toi 🙂 c’était très instructif

    • Auteur
      Marie Guyot 1 année Il y a

      Merci Karine ! C’est sûr qu’être indépendant permet d’adapter son quotidien à ses besoins, sans devoir subir les contraintes d’une vie de salarié 🙂
      Et tu as bien raison de parler aussi de connaître ses limites, c’est important !

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Contactez-nous

Vous avez une question ? Vous souhaitez prendre rendez-vous pour une séance de coaching ? Envoyez-nous un message :

En cours d’envoi

Tous droits réservés Bonobo Coaching - Marie Guyot - 2012-2017

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?