Couverture du livre "Cessez d'être gentil, soyez vrai"Avez-vous l’impression d’être « trop gentil », d’avoir du mal à dire « non », et de vous laisser marcher sur les pieds par un collègue, un client ou un fournisseur? Ou bien vous ne vous sentez pas compris ou respecté par vos proches?

Voici une ressource qui permettra de vous affirmer avec bienveillance : Cessez d’être gentil, soyez vrai, un livre fascinant de Thomas D’Ansembourg, qui vous donnera quelques astuces sur ce sujet. Ce livre nous dévoile les secrets de la communication non violente, concept créé par Marshall Rosenberg. La communication non violente nous propose de mettre la bienveillance au coeur de notre communication.

Voici les six points principaux à retenir si vous souhaitez instaurer des relations plus saines avec vos partenaires d’affaires, fournisseurs, ou vos clients:

  1. Prenez conscience de vos émotions ou sentiments et exprimez-les en commençant par « je » car ces émotions vous appartiennent. « Je me sens triste, anxieux, etc. » Astuce pour vous : prenez garde de ne pas utiliser des « faux-sentiments » tels que « je me sens rejeté, pas écouté, etc. » Ces « faux-sentiments » sont les interprétations de vos sentiments plus profonds. Comment nous sentons-nous quand on se sent rejeté ? Cela pourrait être : «je me sens triste ».
  2. Prenez conscience de vos besoins, et exprimez-les par des demandes claires et négociables en commençant par « je » encore une fois. Astuce pour vous : plutôt que de dire « j’ai besoin que… » qui souvent insère le pronom « tu » dans la phrase (« j’ai besoin que tu arrêtes de me couper la parole », ou « …que tu sois à l’heure »), dîtes « j’ai besoin de… » (« j’ai besoin de calme, d’harmonie, d’espace » etc.). Votre interlocuteur y verra ainsi moins d’agressivité.
  3. Proposez une solution qui vous irait à tous les deux.
  4. Développez votre capacité d’écoute des besoins de l’autre même… s’il/elle exprime des plaintes ou reproches ! (Ah ah, ça peut paraître compliqué mais… c’est possible !)
  5. Exprimez votre approbation ou désapprobation sans critique, jugement ou attaque.
  6. Développez votre propre responsabilité dans votre communication en disant « j’ai choisi de », plutôt que « il faut », « je dois », « je n’ai pas le choix »… car nous sommes avant tout responsables de nos émotions, et de nos paroles.

Comme vous le voyez, tout commence par une meilleure connaissance de soi-même en prenant conscience de nos émotions et de nos besoins pour ensuite les exprimer avec respect et bienveillance vis-à-vis de l’autre.

Le piège de la communication violente est que, si ces besoins ne sont pas satisfaits, nous donnons souvent à l’autre (que l’on croit… médium par la même occasion !) la responsabilité de satisfaire nos besoins à notre place, en exprimant des critiques, des jugements ou des reproches. L’interlocuteur peut y voir beaucoup d’agressivité et donc vous répondre sur le même ton (tout aussi cordial !).

Exemple : Mr A. : « tu annules tout le temps nos meetings, c’est irresponsable de ta part ! » (une critique avec un jugement en bonus !) – Mr B. : « et toi… tu n’arrives jamais en retard ?! » (Eh oui, nous pouvons récolter une réponse agressive pour couronner le tout et nous énerver d’autant plus). Tout cela pourrait être remplacé par  Mr A. : « lorsqu’un meeting est décalé à la dernière minute, je me sens stressé et nerveux. J’ai besoin de calme en ce moment, surtout avec tous les nouveaux projets en cours. Est-ce que me prévenir vingt-quatre heures avant notre rendez-vous serait possible pour toi s’il te plaît ? », Mr B. : « Je suis désolé que tu te sentes stressé, bien sûr, trouvons un arrangement ! » Eh oui, personne ne pourra vous contredire sur vos émotions et vos besoins quand vous parlez en « Je », c’est la clé !

Cela demande aussi d’entendre le désaccord de l’autre sans en ressentir de l’agression : à quoi cette personne dit « oui » quand elle nous dit « non » ? Il s’agit en effet d’autoriser l’autre à être pleinement authentique avec vous, comme vous aimeriez l’être avec cette personne. Quel cadeau de liberté pour vos relations, et au final pour vous-même !

C’est un processus qui demande d’être vraiment conscient de notre manière de réfléchir, de nous exprimer, d’écouter l’autre et d’interagir… soit de se responsabiliser sur notre manière de communiquer. La violence peut être subtile ou même déguisée, dans la manière de nous exprimer. C’est à nous de la remplacer par une communication plus claire, responsable et bienveillante pour optimiser nos interactions avec notre entourage : chacun peut se sentir écouté, et respecté, soit être soi-même. Des relations saines et authentiques sont alors possibles, et vous permettront d’avoir d’autant plus de plaisir à être en relation avec vos partenaires d’affaires, fournisseurs, et vos clients et d’avancer dans vos projets avec plus de sérénité.Enregistrer

2 Commentaires
  1. Feelbetter 1 année Il y a

    Merci pour ces quelques lignes … quel pouvoir de pouvoir s’exprimer sans agressivité et ds le respect .. un travail de tous les jours .

    • Auteur
      Marion Guiset 1 année Il y a

      Merci beaucoup Feelbetter pour votre commentaire. Oui, je suis d’accord avec vous, il s’agit d’apprendre à communiquer avec bienveillance, tout un apprentissage que la communication non violente nous offre.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Contactez-nous

Vous avez une question ? Vous souhaitez prendre rendez-vous pour une séance de coaching ? Envoyez-nous un message :

En cours d’envoi

Tous droits réservés Bonobo Coaching - Marie Guyot - 2012-2017

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?