Il y a quelques jours, ma sophrologue m’a invitée à considérer une personne qui m’insupporte actuellement comme « un objet du quotidien ». Comme une chaise que je ne suis pas obligée de saluer le matin et à qui je n’ai pas à souhaiter une bonne soirée en partant. Une chaise qui peut cependant me répondre, si je suis réellement obligée de lui poser une question.
Parce que quand les autres sont foncièrement méchants, nous n’avons pas à tendre l’autre joue. Parce que la violence physique n’est pas une option dans la sphère professionnelle (en privé non plus, certes), de même que les cris (quand bien même cet objet du quotidien a sérieusement tendance à hausser le ton, sans qu’une quelconque autorité ne lui dise quoi que ce soit).

Carte de Nouvelle CalédonieUtiliser cette astuce pour prendre de la distance, m’a fait m’interroger sur les objets qui m’entourent actuellement, et que je considère aujourd’hui d’une manière bien plus positive et enthousiaste que cette « chaise ». Voici une petite liste :

Une carte de Nouvelle Calédonie, qui me rappelle les coins que je n’ai pas encore explorés, et ceux où j’ai envie de retourner.

Un harmonica, que j’ai emporté avec l’idée que j’allais enfin avoir/prendre le temps d’apprendre à en jouer. Mais c’est un échec. Peut-être parce que ce que j’ai toujours voulu en vrai, c’est jouer du saxophone ?

Un « baladeur audiophile » (un lecteur mp3 de qualité, quoi) et une enceinte. Parce que mon iPod a rendu l’âme et que j’ai pas mal souffert sur la route de ne pas pouvoir écouter de la musique souvent, y compris lorsque j’étais sur mon vélo.

Un vélo bien sûr, mais pas le même que celui du voyage, qui est pour l’instant démonté et rangé, afin de pouvoir aller au bureau tous les jours ou presque, sans avoir à investir dans une deuxième voiture : il faut dire que les transports en commun ici sont, comment dire… une expérience en soi.

Un maillot de bain. Incontournable pour profiter du lagon !

Fighto, poisson combattantUn poisson Combattant. Certes, ce n’est pas un objet puisqu’il vit (et que les chaises ne vivent pas, n’est-ce pas ?). Nous l’avons nommé Fighto, en souvenir des cyclistes Coréens croisés de Séoul à Busan, et qui nous encourageaient avec cette interjection (« Fighto ! Fighto ! Fighto ! »).

Une raquette à moustiques, incontournable aussi si, comme moi, vous avez une fâcheuse tendance à les attirer.

Un iPad pro pour écrire mes pages du matin, sans avoir à empiler les cahiers sur mon vélo (ou dans ma maison, maintenant que nous sommes temporairement installés en Nouvelle Calédonie).

Des claquettes. Et non pas des tongs : une légende locale dit que, ici, si vous parlez de « tongs » à la place de « claquettes », vous serez immédiatement identifié comme « un Zoreille » = un expatrié Blanc. Une légende colportée par les Zoreilles eux-mêmes, fantasmant peut-être sur le fait que, en utilisant un mot au lieu d’un autre, ils ne seront pas identifiés comme étrangers en un coup d’oeil ?
On n’en parle pas assez mais, les chaussures de plage, bien utiles pour avoir moins mal aux pieds quand vous partez en week-end îlot, ne sont portées que par les Zoreilles : une grande parties des locaux marchent en effet pieds nus. Même quand il y a des aiguilles de pin au sol. Et même en ville.

Une liseuse. Parce qu’emporter sa bibliothèque à vélo, c’est un peu compliqué.

Et vous, quels sont les objets du quotidien dont vous ne pourriez pas vous passer en ce moment ? Qui comptent pour vous ? Qui vous importunent ?

2 Commentaires
  1. Une paire de gants car ainsi équipées mes mains ne souffrent pas des brûlures d’un verre de vin chaud 🙂

    On vous embrasse !

  2. Viou et Emma 9 mois Il y a

    Ma Marie adorée, pour tout te dire … mes objets, mes indispensables je n’en voit que 3 :
    Ma laine et mes aiguilles à tricoter, parce que depuis 2 ans maintenant je tricote au pif et ça marche bien. Je ne suis pas de patrons, non je suis mon instinct au besoin je calcul un peu, mais globalement il ne se passe pas deux jours sans que j’ai une envie de tricot.
    Un livre, je n’ai pas de vie naumad, alors je gonfle ma bibliothèque et notre petite Emma, qui a deux ans et 3 mois maintenant … vachement important les 3 mois lol, elle est devenue une lectrice acharnée ! Une coïncidence ? Je ne crois pas 😉 au moins 5 histoires avant le dodo du soir et 3 fois plus dans la journée. Emma ne lit pas des histoires pour bébé non… elle aime les histoires qui sont destinées aux 4-7 ans. Je te dis pas comme on est fière de notre fille adorée 😉
    Revenons aux objets donc le troisième ce serait … le café matin midi et même des fois le soir je l’adore !!!
    Par ailleurs, la technique de la chaise est bonne pour une personne qui se comporte mal avec toi. Personnellement je dis : ce n’est pas possible et quand tu seras plus calme je reviendrais te voir. Et non c’est non. Point
    Je t’embrasse, t’envoie tout mon amour et mes meilleurs vibes 😉 <3

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tous droits réservés Bonobo Coaching - Marie Guyot - 2012-2019

Contactez-nous

Vous avez une question ? Vous souhaitez prendre rendez-vous pour une séance de coaching ? Envoyez-nous un message :

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?